SOLITUDES, Niko TACKIAN

Quatrième de couverture :

Elie Martins est garde nature dans le massif du Vercors. Amnésique suite à une blessure par balle, il est reparti à zéro dans cette région encore préservée. Alors qu’une tempête de neige s’annonce, Elie se lance sur la piste d’un loup signalé par plusieurs bergers. Les empreintes ensanglantées le conduisent à un immense pin situé dans une plaine désertique. Une femme nue est pendue à ses branches, une mystérieuse inscription gravée sur sa chair. Cette découverte macabre anime immédiatement quelque chose sur la toile blanche de ses souvenirs. La victime est un message à son attention, il en est certain. ? Le lieutenant Nina Melliski est alors dépêchée sur les lieux. Elie est-il coupable ou victime ? Elle ne sait que penser, mais son instinct lui dit que les réponses se trouvent dans les souvenirs disparus de cet homme sans passé.

Mon avis :

« Solitudes » est le 7ème livre lu dans le cadre du prix des lecteurs 2022.

Je ne m’attarderais pas trop sur ce roman dont l’histoire ne m’a pas vraiment convaincu !

Pourtant, je dois tout de même avouer qu’un certain degré de suspense m’a (très) légèrement tenu en haleine ! Mais cela n’aura pas suffit …

Une première expérience avec Niko Tackian n’avait déjà pas été très concluante. « Avalanche hôtel » était pourtant un roman qui promettait un beau moment de lecture, mais cela n’avait pas fonctionné avec moi. Qu’à cela ne tienne, j’ai réitéré l’expérience avec « Solitudes » et ce, grâce au prix des lecteurs, mais encore une fois l’alchimie n’a pas fonctionné !

J’ai trouvé l’histoire beaucoup trop alambiquée et les personnages très étranges, peu vraisemblables et surtout peu attachants. L’ambiance est peut-être ce que Mr Tackian a le mieux réussi à transmettre. Sombre, froide, glaciale même. Mais bien que les paysages soient beaux, je me suis perdue dans cette immensité blanche des plaines du Vercors. J’ai ressenti un malaise du début à la fin sans vraiment comprendre pourquoi.

Quant au dénouement, il n’a pas été à la hauteur de mes attentes, d’autant plus que je suis restée sur ma faim ! Il m’a manqué beaucoup trop d’éléments !

Je rédige cette chronique quelques jours seulement après l’avoir terminé et je ne me souviens même plus de certains évènements. Ce qui confirme que cette histoire ne m’a vraiment pas marqué !

Tant pis.

Je souhaitais me procurer le dernier roman de Niko Tackian, « Respire » car le résumé me faisait envie, tout comme les nombreux avis plutôt positifs … Mais comme on dit « Jamais deux sans trois », j’ai peur d’être une nouvelle fois déçue ! Alors nous verrons bien.

Et vous, que pensez-vous des romans de Niko Tackian ?

SUR L’AUTRE RIVE, Emmanuel GRAND

Quatrième de couverture :

Saint-Nazaire, ses chantiers navals, une forêt de silos et de grues, les marais et l’océan à perte de vue, un pont entre deux rives. Pour Franck Rivière, 21 ans, jeune espoir du football local, des rêves plein la tête, c’est aussi la fin du voyage : une chute de 68 mètres et son corps glacé repêché au petit matin.
Tandis que le capitaine Marc Ferré doute de ce suicide, Julia, la soeur de Franck, brillante avocate « montée » à Paris, se heurte aux vérités d’une ville qui cache mal sa misère, ses magouilles et son pouvoir secret : que le bizness paie peut-être plus que le ballon rond, que Saint-Nazaire ne l’a jamais quittée, et qu’on n’enterre pas aussi facilement un amour d’adolescence.
Roman d’atmosphère, peinture sociale saisissante d’une région déchirée, Sur l’autre rive est un récit aussi noir que sensible où se déploient la puissance romanesque et le style percutant d’Emmanuel Grand, l’auteur de Terminus Belz et des Salauds devront payer.

Mon avis :

« L’autre rive » est le 6ème roman lu dans le cadre du Prix des lecteurs 2022

Le Libération signe sur la couverture : « Un roman noir qu’on ne lâche pas ». Et bien je suis totalement du même avis ! Il est très difficile de s’en défaire une fois la première page tournée !

De prime abord, je n’étais ni attirée par son résumé ni par sa couverture. Mais comme on dit souvent, il ne faut jamais se fier aux apparences !! J’avais décidé de le lire en dernier car c’était celui qui m’attirait le moins à tout égard. Finalement, au vu des nombreux avis élogieux, j’ai décidé de m’y plonger plus tôt que prévu. Et bien mal m’en a pris !! J’AI ADORE !!

500 pages englouties en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire !

Ce polar a quelque chose de bien particulier : sa construction très originale qui en fait un roman policier bien différent de ce que l’on connait. Et cette originalité est fort plaisante ! La manière dont est menée et narrée l’enquête, est aussi étonnante qu’intéressante ! En effet, malgré ce que l’on pense au début, l’enquête ne s’avèrera pas être la trame de ce livre. L’essentiel de ce roman se situe en fait dans le récit de la vie du personnage principal. Et ce sont les différents choix, décisions et directions que prendra ce personnage, qui mèneront finalement le lecteur ainsi que les enquêteurs, sur les causes et les responsables de sa mort.

Voici un résumé :

Julia a quitté Trignac, son village natal, pour la capitale, il y a environ treize ans, pour fuir ses parents et plus particulièrement son père, chômeur, devenu alcoolique depuis son accident sur un chantier naval. Aujourd’hui avocate, elle mène une vie paisible. Mais un beau matin, sa tante l’appelle pour l’informer que son frère, Franck, 21 ans, vient de se jeter du haut d’un pont. Malgré toutes les rancœurs qui l’animent encore, elle décide de se rendre au chevet de ses parents anéantis par ce drame. Sur place, elle retrouve Marc Ferré, ancien amour de jeunesse, devenu policier, et qui plus est chargé de l’enquête sur la mort de son frère. Bien que le légiste ait conclu à un suicide, Marc doute, il a une mauvaise intuition. Mais ses supérieurs veulent passer à autre chose. D’autres enquêtes sont plus urgentes à traiter. Marc a la pression car son instinct ne le trahi jamais …. Et puis très vite, un témoin se manifeste ! Trois personnes auraient été aperçues sur le pont !!! Franck aurait-il vraiment sauté ou aurait-il été poussé ? L’enquête est alors relancée ! Marc cherche donc à comprendre ce qui a pu arriver à Franck, ce jeune espoir du foot local, à qui tout semblait sourire !

Le roman est construit en trois parties qui nous permettent d’appréhender la vie de Franck jusqu’à ce fameux soir tragique.

La première partie se déroule après sa mort. Elle pose le cadre, les nombreux personnages, l’environnement de ce petit village, proche de St Nazaire et de ses fameux chantiers navals.

La seconde partie remonte un an en arrière et nous narre la vie de Franck. Il vit en couple avec Sandra, une jeune esthéticienne. Il est paysagiste mais rêve de mieux. Il joue au foot dans l’équipe locale, mais son oncle voit en lui un potentiel et l’engage dans son club dont il détient des parts, lui promettant un avenir professionnel à force d’efforts et de travail. Franck fait partie de la classe moyenne mais a des goûts de luxe. Dans ce nouveau club, il se lie d’amitié avec Yann et Clément, deux fils de bourgeois, pour qui l’argent est loin d’être un souci, renforçant davantage ses rêves de grandeur. Alors, pour atteindre rapidement le niveau de vie auquel il aspire, Franck réussira à se frayer un chemin dans le monde de l’argent facile et des trafics en tout genre. Mais cette filière est loin d’être sans dangers …

Et enfin, la dernière partie nous conduit de fil en aiguille jusqu’au soir où Franck a fait le saut de l’ange. On y retrouve Marc Ferré, le policier qui finit par comprendre ce qu’il s’est réellement passé sur ce pont et qui étaient les deux autres personnes aperçues par le témoin. Et nous, en lecteurs passionnés que nous sommes, nous arrivons enfin à l’issue de ce roman qui nous aura tenu en haleine jusqu’au bout, vivant parfois en apnée, les épreuves qu’a dû affronter Franck !!

Franchement, c’est une bien belle découverte ! Je ne connaissais pas Emmanuel Grand et peut-être, sûrement même que je n’aurais jamais lu un de ses romans si je n’avais pas fait partie du jury du prix des lecteurs. Sa première de couverture et son résumé ne m’inspiraient pas vraiment. Et pourtant … J’ai tout aimé dans ce livre ! Sa construction, ses personnages, le suspense qui n’en est pas vraiment un, mais étant donné que vous voulez absolument savoir ce qui a bien pu se passer dans la vie de ce personnage pour en arriver à cette fin tragique, vous ne pouvez vous empêcher de tourner frénétiquement les pages !!!

Alcool, drogue, magouilles , bizness … Emmanuel Grand nous dépeint ici une société divisée. L’écart entre la classe moyenne et la petite bourgeoisie semble tellement grand et pourtant … Certains jeunes comme Franck rêvent de prospérité, d’un avenir autre que celui de leurs parents, petits ouvriers « pépères » qui n’ont jamais eu de grandes ambitions ! Alors que d’autres ont de l’or dans les mains et un avenir déjà tout tracé mais qui n’est pas forcément celui dont ils rêvent ! Malgré le clivage qui existe entre ces deux niveaux de vie, ces jeunes portent les mêmes désillusions et ont les mêmes espoirs d’une vie meilleure.

L’auteur a très habillement su décrier cette société, grâce à cette histoire totalement réaliste et à une galerie de personnages formidablement détaillés et exploités.

De plus, l’écriture est fluide et très agréable. Quant au dénouement, il est complètement inattendu et surtout imprévisible !! J’ai été agréablement surprise par cette fin à laquelle je ne m’attendais pas du tout !

Bref je vous le recommande sans hésitations !

C’est à ce roman que je donnerai mon vote pour la sélection du mois d’Avril sans hésitation aucune et bien que je n’aie pas encore fini le 3ème roman de la sélection !!

HORS-PISTE, Allie REYNOLDS

Quatrième de couverture :

Six snowboardeurs. Amis (et rivaux).
Parmi eux, un disparu. Parmi eux, un assassin ?
Bienvenue dans les Alpes pour un week-end de retrouvailles. Dans un refuge de haute montagne, très isolé. Où on a vite fait de glisser dans une crevasse. (Ou de s’y faire pousser.) Mais qui a donc organisé cette escapade diabolique ?
Et surtout, qui a bien pu faire disparaître Saskia dix ans plus tôt ?
Entre thriller de haute voltige où tous les coups sont permis et huis clos hivernal des plus angoissants, Hors-Piste donne un vertige époustouflant !

Mon avis :

Bonjour à tous,

Aujourd’hui je vous livre mon avis sur « Hors-piste » d’Allie Reynolds, cinquième roman lu dans le cadre du prix des lecteurs livre de poche 2022.

C’est avec un grand regret, j’avoue, que ce huis-clos perdu au fin fond de la montagne ne m’a pas passionné autant que je pensais !

Pourtant l’intrigue était intéressante. L’alternance entre le passé et le présent présente un intérêt tout particulier pour appréhender la psychologie des personnages, qui sont d’ailleurs bien réfléchis.

Mais je n’ai pas été emballée plus que ça !! Bon ne nous fourvoyons pas, c’est un bon roman ! Il contient tous les ingrédients d’un très bon polar, j’en veux pour preuve tous les bons retours ! J’ai apprécié ma lecture …. mais ça s’arrête là ! Sans plus !

J’ai aimé découvrir le monde du snowboard, même si parfois j’étais un peu perdue par tous les mots techniques. Heureusement un glossaire, au début du livre, a permis de satisfaire mon ignorance ! J’ai apprécié suivre cette intrigue, même si elle ne m’a pas vraiment tenu en haleine. J’ai simplement suivi les aventures de ces personnages sans addiction aucune.

Dale, Heather, Curtis, Milla et Brent sont cinq snowboardeurs, aussi amis que rivaux. Ils se retrouvent invités pour des retrouvailles, sur le Glacier du Diable dans les Alpes. Ils s’aperçoivent très vite que cette invitation est en définitive un guet-apens qui n’a d’autre but que de venger la disparition non élucidée, de leur amie Saskia dix ans auparavant. Un véritable jeu du chat et de la souris s’instaure rapidement. Chacun soupçonnant l’autre. Mais qui aurait plus de raison de vouloir se venger ? Et finalement, Saskia, dont on n’a jamais retrouvé le corps, est-elle réellement morte ?

Les allers-retours dans le passé permettent au lecteur d’en apprendre davantage sur leur amitié, sur leur rivalité. Et il découvre qu’entre amour, amitié et jalousie, tous les coups sont permis …. mais jusqu’à quel point ?

En relisant ce que j’écris, je réalise que ce roman contient énormément d’éléments suspicieux, intrigants ! C’est pour cela, je pense, qu’il a plu à un grand nombre de lecteurs. Pour ma part, ça n’a pas aussi bien fonctionné, mais surtout, ne vous arrêtez pas à mon avis !

Je pense que le fait d’être en compétition avec d’autres livres dans le cadre de ce prix des lecteurs, fait que j’ai dû prendre une décision pour choisir celui qui m’a le plus convaincu. Peut-être que lu dans un autre contexte, je l’aurais apprécié différemment !

Ce n’est donc pas à ce roman qu’ira mon vote, mais il n’en reste pas moins un bon polar. Parfait pour les amateurs de montagne, de glisse et de sensations fortes !!

PRIX DES LECTEURS : SELECTION AVRIL 2022

Bonjour à tous,

Aujourd’hui j’ai reçu la sélection du mois d’avril du prix des lecteurs.

Encore 3 romans ce mois-ci !! J’ai hâte de les lire et de vous dire ce que j’en ai pensé. En attendant, voici un aperçu :

Quatrième de couverture : Elie Martins est garde nature dans le massif du Vercors. Amnésique suite à une blessure par balle, il est reparti à zéro dans cette région encore préservée. Alors qu’une tempête de neige s’annonce, Elie se lance sur la piste d’un loup signalé par plusieurs bergers. Les empreintes ensanglantées le conduisent à un immense pin situé dans une plaine désertique. Une femme nue est pendue à ses branches, une mystérieuse inscription gravée sur sa chair. Cette découverte macabre anime immédiatement quelque chose sur la toile blanche de ses souvenirs. La victime est un message à son attention, il en est certain. ? Le lieutenant Nina Melliski est alors dépêchée sur les lieux. Elie est-il coupable ou victime ? Elle ne sait que penser, mais son instinct lui dit que les réponses se trouvent dans les souvenirs disparus de cet homme sans passé.
Quatrième de couverture : Saint-Nazaire, ses chantiers navals, une forêt de silos et de grues, les marais et l’océan à perte de vue, un pont entre deux rives. Pour Franck Rivière, 21 ans, jeune espoir du football local, des rêves plein la tête, c’est aussi la fin du voyage : une chute de 68 mètres et son corps glacé repêché au petit matin.
Tandis que le capitaine Marc Ferré doute de ce suicide, Julia, la soeur de Franck, brillante avocate « montée » à Paris, se heurte aux vérités d’une ville qui cache mal sa misère, ses magouilles et son pouvoir secret : que le bizness paie peut-être plus que le ballon rond, que Saint-Nazaire ne l’a jamais quittée, et qu’on n’enterre pas aussi facilement un amour d’adolescence.
Roman d’atmosphère, peinture sociale saisissante d’une région déchirée, Sur l’autre rive est un récit aussi noir que sensible où se déploient la puissance romanesque et le style percutant d’Emmanuel Grand, l’auteur de Terminus Belz et des Salauds devront payer.
Quatrième de couverture : Elizabeth, Joyce, Ibrahim et Ron frisent peut-être les quatre-vingts ans, mais ils en ont encore sous le capot. Et en dépit de leurs carrières très différentes – depuis le psychiatre jusqu’à l’ex-syndicaliste, sans compter la probable carrière d’espionne d’Elizabeth –, un passe-temps insolite les unit, bien plus exotique qu’une partie de scrabble. Tous les jeudis, le quatuor s’attelle à de vieilles affaires de meurtre non résolues, bien décidé à en découvrir le fin mot là où la police a échoué.
Aussi, lorsque l’associé du directeur de leur maison de retraite est retrouvé assassiné dans sa cuisine, les quatre acolytes y voient l’occasion d’exercer leurs talents sur une affaire toute fraîche. En faisant jouer leurs relations, ils parviennent à inclure dans l’enquête une policière dont ils ont récemment fait la connaissance, Donna De Freitas, par l’entremise de laquelle ils restent au courant de l’évolution du dossier. Bien décidé à résoudre le meurtre, ce gang d’enquêteurs plutôt atypique table sur ses méninges bien entraînées et les moyens – pas toujours très orthodoxes – à sa disposition pour découvrir l’identité du tueur.
Un cosy crime à la plume raffinée et à l’humour mordant, où l’on discute meurtres entre deux tasses de thé et quelques scones.

Alors qu’en dites-vous ?

Vous font-ils envie ?

En avez-vous déjà lu ?

Qu’en avez-vous pensé ?

Dites-moi tout !

L’EMPEREUR BLANC, Armelle CARBONNEL

Quatrième de couverture :

Cinq auteurs de romans noirs se retrouvent à Crescent House, une maison isolée, érigée au creux d’une vallée perdue de l’Arkansas pour un week-end de création dans une ambiance propice à l’imagination la plus lugubre. De fait, la rumeur locale prétend qu’en 1965, un écrivain, nommé Bill Ellison, y aurait été assassiné par des membres du Ku Klux Klan. D’autres disent qu’il aurait lui-même tué son épouse avant de se donner la mort.
Alors que le week-end passe, les nouveaux habitants de Crescent House disparaissent l’un après l’autre … Une famille entière, bien sous tous rapports, est massacrée dans la ville voisine. Quel est le lien entre passé et présent, entre locataires d’hier et d’aujourd’hui – entre légende et réalité ?

Mon avis :

L’empereur blanc est le quatrième livre que je lis dans le cadre du prix des lecteurs.

Depuis le début, sur les quatre livres lus, celui-ci est pour moi le premier vrai polar avec un véritable suspense digne de ce nom.

Ca faisait même un moment que je n’avais pas ressenti cette frénésie de lecture, à vouloir absolument connaître la fin, au point de lire pendant des heures sans m’arrêter !!! J’exagère un peu tout de même parce que La loi des hommes de Wendall Utroi a été, elle aussi, une lecture addictive, mais pas pour les mêmes raisons.

Bon avouons tout de même que cette envie irrépressible de parvenir rapidement à la chute finale, ne s’est pas faite ressentir immédiatement ! J’ai trouvé le début un peu longuet voir même un peu fouilli par moments !!! Mais ce n’est que mon ressenti bien-sûr ! Peut-être n’étais-je tout simplement pas suffisamment concentrée !!!

Je vous explique…

Le roman est divisé en deux parties. Dans la première, nous faisons connaissance avec les personnages ainsi que les évènements mystérieux auxquels ils sont confrontés. Ces personnages, Dan, Anton, Sue, Rachel et Steven, sont 5 écrivains de polar, qui ont décidé de se retrouver le temps d’un week-end studieux, dans un lieu isolé, une sorte de demeure hantée, au passé tragique, nommée Crescent House, afin de stimuler leur imagination pour l’écriture de leur prochain roman. Mais le week-end ne va pas se passer comme prévu et des évènements troublants vont précipiter les protagonistes dans un véritable cauchemar ! L’un d’eux se fait kidnapper et semble retenu quelque part dans la maison, quant aux autres, ils disparaissent l’un après l’autre, laissant les derniers dans le doute et l’incompréhension. Une menace surnaturelle paraît planer au-dessus de leur tête … ce fameux « Empereur blanc » ! Mais qui est-il réellement ? Cette première partie a été quelque peu difficile pour moi car je ne comprenais pas tout ce qu’il se passait. J’avais du mal à faire des liens ! Tout comme les personnages, j’étais perdu par les évènements, aussi étranges et irréels soient-ils ! Qu’était-il donc arrivé à ce premier personnage, qui semblait être fait prisonnier par une forme de vie surnaturelle ? Qu’arrivait-il aux autres qui disparaissaient sans laisser aucune trace ?

Parallèlement, on apprend qu’un autre incident a lieu à quelques encablures de la maison de l’horreur !! Un drame s’est produit. Une famille de 5 personnes, a été sauvagement assassinée ! Nous n’avons pas beaucoup d’éléments concernant ce fait, cependant, il permet tout de même de s’interroger. Existe-t-il une relation avec les évènements surprenants qui ont lieu à Crescent House ?

Dans cette première partie, entre les chapitres dédiés aux différents personnages, se mêlent également, des chapitres qui retracent un dramatique fait divers ayant eu lieu dans les années 70, au cours duquel un écrivain noir du nom de Billy Ellison aurait été, selon la rumeur, assassiné par des membres du Ku Klux Klan.

Tant d’éléments qui imposent une réflexion de tous les instants !! C’est ce qui m’a un peu perdu au début … Mais finalement, maintenant que je suis arrivée au bout de cette lecture, je comprends mieux ce que l’auteure a voulu transmettre …. L’alternance de points de vue des personnages associée à des chapitres consacrés à ce fait historique survenu dans cette même demeure de nombreuses années auparavant, permet de susciter l’intérêt du lecteur, de l’obliger à réfléchir. Il sait forcément qu’il y a un lien entre tous ces évènements mais lequel …? Pour le savoir, il doit poursuivre sa lecture et surtout ne pas abandonner !!! C’est justement ce qui la rend addictive !!

La seconde partie, quant à elle, est celle qui m’a davantage tenue en haleine. Autant j’ai lu la première moitié sur plusieurs jours, autant j’ai englouti cette deuxième partie en moins de 24h !! Nous rentrons plus précisément dans l’enquête de police. L’officier John Dudley et sa jeune recrue Barning vont se démener pour découvrir ce qu’il est arrivé à cet homme, semble-t-il retenu prisonnier, et démasquer celui que l’on surnomme désormais  » le monstre de Shannon Hills », responsable du quintuple meurtre de la ville voisine. Les réponses aux questions que l’on se pose depuis le début nous parviennent petit à petit, judicieusement positionnées, selon l’avancée de l’enquête, tel un parchemin que l’on déroule délicatement et dont on découvre les subtilités au fur et à mesure. J’ai vraiment adoré cette partie ! Les révélations affluent, les pièces du puzzle s’assemblent les unes après les autres, aucun temps mort ! Un vrai bonheur !

Une formidable maîtrise scénaristique de la part de l’auteure, mêlant plusieurs évènements inquiétants, qui semblent ne pas avoir de liens … et pourtant. Entre l’enchâssement de tous ces incidents et la fusion des deux époques, Armelle Carbonnel nous démontre qu’elle maîtrise les codes ! Quel talent !!

Finalement, j’ai vraiment adoré ce roman ! Et plus particulièrement la seconde partie qui est l’aboutissement, le dénouement de tout cet entrelacs de faits dont on se demande vraiment comment ça peut se finir !! Et franchement, je suis restée scotchée par ce final éblouissant, même si j’avais quelques doutes ! La vérité explose tel un magnifique feu d’artifice, laissant le lecteur ébloui, subjugué, non seulement par le dénouement de l’histoire mais surtout par le talent de l’auteure !! En tous cas c’est exactement ce que j’ai ressenti !!

Et que dire de l’ambiance …. Etrange, sombre, suspicieuse … Délicieuse pour la lectrice passionnée que je suis !!

Quant aux personnages, ils ont été finement élaborés et les traits de leur psychologie prennent tout leur sens lorsque la vérité éclate !! Magnifique !

Autrement dit, une parfaite maîtrise des différents éléments que contient un excellent polar !

Pour résumer, une demeure maudite, des invités qui disparaissent sans laisser de traces, une présence surnaturelle, un meurtre sordide impliquant toute une famille, un fait divers historique qui semble être le fil rouge de tout le récit, voilà ce que contient ce roman. Quel peut-être le lien qui relie tous ces éléments ? Car il y en a bien un ! Et bien je vous conseille de lire ce livre pour le découvrir, et franchement, je pense que vous serez vraiment surpris par le dénouement !!

Une superbe lecture !!

PS : Maintenant que j’ai terminé les trois romans de cette sélection de mars, je reviens pour vous dire que c’est à ce roman que j’ai attribué mon vote !

LE SOURIRE DU SCORPION, Patrice Gain

Quatrième de couverture :

C’est décidé, Tom, Luna et leurs parents descendront le canyon de la Tara en raft. Une belle étape de plus dans leur vie nomade. Pourtant, malgré les paysages monténégrins époustouflants, la complicité familiale et la présence rassurante de Goran, leur guide serbe, la tension envahit peu à peu le canyon et le drame frappe, sans appel.
Du haut de ses 15 ans, Tom prend de plein fouet la violence du deuil et de la solitude. Dans l’errance qu’engendre le délitement de sa famille, il découvre la grande douleur, celle qui fissure les barrières et ouvre les portes à ceux qui savent s’engouffrer dans la détresse d’autrui. Mais, en dépit du chaos, Tom ne peut s’empêcher de retracer les événements et le doute s’immisce : ne sont-ils pas les victimes d’une Histoire bien plus grande que la leur ?

Mon avis :

Le sourire du scorpion est le 3ème roman que je lis dans le cadre du prix des lecteurs 2022.

Et c’est avec un immense plaisir que je referme ……. ENFIN ce livre !!!!!!!

Oui voilà c’est dit ! J’ai dû me faire violence pour le lire jusqu’au bout ! C’est horrible de lire un livre qui ne plaît pas, qui ne fait rien ressentir, aucune émotion, aucun sentiment mis à part de l’ennui !! Et encore une chance qu’il ne comptait que 235 pages car je n’en aurais pas lu plus !!

La quatrième de couverture pourtant, me laissait supposer passer un excellent moment … avec tout le suspense qu’un polar promet ….. mais il en fut tout autre ! Expiration d’ennui, bâillements excessifs et lecture en diagonale, voilà seulement comment s’est déroulée cette lecture ! Alors c’est vous dire à quel point elle a été laborieuse !!

Tom, Luna et leurs parents ont décidé de s’offrir une descente en rafting, accompagnés de leur guide Goran. Mais tout ne se passe pas comme prévu et un drame survient. S’ensuit alors une histoire à dormir debout ! Ca m’ennuie vraiment de parler de la sorte de ce roman car la fin nous laisse entendre que le livre est tiré de faits réels, mais franchement je n’ai pas adhéré du tout.

Après le drame qui les touche de plein fouet, je peux comprendre que les conséquences psychologiques sont désastreuses pour les personnages mais quand même ! Avec le recul, je pense ne pas avoir saisi tout ce que l’auteur a voulu transmettre. Les images mentales que je me suis faites de ce roman me semblent tellement alambiquées, que je pense être passée totalement à côté de cette lecture ! En même temps, ce qui arrive à cette famille est tant improbable que franchement il m’a été très difficile de m’imaginer des choses censées.

La mère est plongée dans un mutisme total, les enfants se retrouvent livrés à eux-mêmes et avec leur chagrin en prime, le guide gère toute cette petite famille puis disparaît puis revient …. Ils vivent dans un camion garé sur un terrain vague sur lequel repose une cabane en pierre qui appartiendrait à la famille ? Pour tout vous dire je n’en sais rien car je n’ai pas tout compris !!! Les enfants doivent faire de l’auto-stop pour se rendre en ville faire des courses puisque la mère n’est plus capable de faire quoique ce soit, une mystérieuse cassette vidéo apparaît comme tombée du ciel et finira par révéler le pot aux roses du semblant de suspense qui règne dans ce livre, et pour finir la mère abandonne ses enfants pour partir vivre avec …. Je ne vais pas tout révéler pour ne pas spoiler !

Bref je ne vais pas continuer cette énumération, qui plus est, n’a ni queue ni tête ….. comme le roman en fait !!!

Et que dire des interminables descriptions de paysages qui m’ont à elles-seules fait perdre le fil d’une histoire déjà bien compliquée !!!

Quant à la fin, elle n’a vraiment rien d’exceptionnel puisque finalement on s’en doute depuis un long moment et qu’elle vient juste confirmer nos soupçons. Il n’y a aucun twist final !!

Vous comprendrez que mon vote du mois de mars n’ira pas à ce roman dans lequel je ne me suis absolument pas sentie à l’aise, et au cours duquel je n’ai ressenti aucune émotion si ce n’est un profond ennui !!

J’espère que les deux autres de la sélection me réserveront de meilleurs moments !

PRIX DES LECTEURS : SELECTION MARS 2022

Bonjour à tous,

Aujourd’hui (samedi) j’ai eu l’immense plaisir de trouver un merveilleux colis dans ma boite aux lettres (alors que je revenais de la bibliothèque où je venais d’emprunter un livre !! Non mais je suis vraiment incorrigible !!) !

La sélection du mois de Mars du Prix des lecteurs du Livre de poche venait d’arriver ! Et ce mois-ci ce n’est pas moins de 3 romans qui rejoignent ma bibliothèque bien chargée !! Et bien que je n’aie pas encore terminé de lire la sélection du mois de Février, je suis toute joie !! Recevoir des livres est toujours un véritable moment de bonheur !!!

Voici donc la sélection du mois et leur quatrième de couverture :

  • Le sourire du scorpion de Patrice GAIN
  • L’empereur blanc d’Armelle CARBONEL
  • Hors-piste d’Allie REYNOLDS

Sur ces 3 livres, un seul m’était connu. Hors-piste est un livre qui m’avait déjà fait de l’œil à sa sortie, alors autant vous dire que j’étais plus que ravie de le recevoir !

Quant aux 2 autres, ils m’étaient inconnus jusqu’à aujourd’hui, mais lorsque je lis les quatrièmes de couverture, j’en ai déjà l’eau à la bouche !! Beaucoup de suspens en perspective ! Et j’addoooorrre ça !!

Qu’en pensez-vous ? Vous tentent-ils autant que moi ?

Je vous souhaite une bonne journée et vous dis à très bientôt pour la suite de cette formidable aventure.

LA LOI DES HOMMES, Wendall UTROI

Quatrième de couverture :

« Il est temps pour moi de m’effacer, mais j’ai tellement à dire, ou plutôt à écrire. J’ai prêté le serment de ne jamais parler de ce qui suit, mais je ne me suis pas interdit de l’écrire. J’emporterai ces pages dans ma tombe, avec moi, sans regret. Je ressens aujourd’hui le besoin de libérer mon âme qui se lamente, enchaînée par les souvenirs, cadenassée par les remords. Ma plume sera la clé, le remède à ce mal qui me ronge et qui habille mes nuits de cauchemars. »
Jacques est cantonnier à Houtkerque, dans le Nord. Ce qu’il découvre ce matin-là en nettoyant la sépulture centenaire de J. Wallace Hardwell va bouleverser sa vie. Un livre de mémoires écrits en anglais, œuvre d’un inspecteur des mœurs de Scotland Yard qui a vécu dans la capitale anglaise pendant l’époque victorienne.
Jacques va plonger dans les bas-fonds du Londres de Jack l’Éventreur, happé par une enquête secrète aux relents nauséabonds. Entre crimes et passions, amour et trahison, il est transporté là où s’affrontent l’honneur et l’horreur de la loi des hommes.

Mon avis :

Il est de ces livres qui vous plongent instantanément dans des ambiances si particulières que l’on s’y croirait vraiment !

Avec « La loi des hommes », Wendall Utroi a tenté ce pari fou ! Dans ce polar historique, il nous invite donc à découvrir l’Angleterre du 19ème siècle, et plus particulièrement sa capitale ! Et le pari est réussi ! Dès le début, le lecteur est plongé dans les bas quartiers de Londres où, à l’époque, la misère humaine côtoyait la bonne société victorienne !

Basé sur un fait réel : le scandale de Cleveland Street qui s’est produit en 1889 avec la découverte d’un lupanar* pour homosexuels, impliquant le Prince Albert Victor de Clarence, petit-fils de la Reine Victoria, ce livre se révèle encore plus captivant !!

*Lupanar : bordel / maison close

Tout commence avec Jacques, cantonnier dans le nord de la France, qui découvre dans une tombe, une boîte métallique bien mystérieuse. Porté par sa curiosité, Jacques parvient à l’ouvrir et y découvre des feuillets jaunis par le temps, qui s’avèreront contenir le témoignage d’un anglais ayant vécu à l’époque victorienne. Aidé de sa fille, ils parviendront à déchiffrer le récit du défunt, un certain Wallace Hardwell, inspecteur de Scotland Yard, qui y relate une des plus délicate enquête de sa carrière, lorsqu’ il fut missionné sur une épineuse affaire secrète mettant en jeu l’honneur de la couronne royale !

A l’instar de Jacques passionné par ce manuscrit, le lecteur est tout autant happé par le récit de cet anglais ! Wallace Hardwell raconte l’avancée de son enquête, et notamment les interrogatoires de trois suspects à l’étonnante personnalité (dont je me souviendrais longtemps !!). Rebecca, Timothy et Myrtle. Trois personnages forts, improbables, qui peinent, qui émeuvent, qui donnent la nausée … Leurs portraits et leurs récits bouleversent autant qu’ils écœurent !!

Le procédé narratif du roman est très habilement choisi dans le sens où le lecteur découvre simultanément et progressivement avec l’inspecteur, les rebondissements sordides de l’enquête qui provoquent en lui, un engouement certain pour la suite des évènements, le plongeant chaque fois un peu plus, dans l’horrible réalité de l’époque !

Des quartiers mal famés de Londres où se côtoient prostitution, lupanars, trafic d’enfants … Une misère omniprésente où les hommes et les femmes sont prêts à tout pour gagner un peu d’argent pour subsister, allant jusqu’à vendre leurs charmes ou leurs propres enfants ! Nous y découvrons le sort des femmes de l’époque, et pis encore, celui des petites filles, qui à peine sorties de l’enfance, se voyaient forcées de soumettre leur corps aux actes infames de ces hommes riches, qui obtenaient tout ce qu’ils voulaient moyennant quelques shillings !

Un roman passionnant, captivant, une enquête qui vous tient en haleine du début à la fin ! Le fait que ce roman soit basé sur des faits réels, rend les évènements relatés encore plus saisissants !

Une lecture d’une fluidité redoutable tant elle passionne !!

Un vocabulaire d’époque et des descriptions plus vraies que nature qui vous propulsent deux fois plus vite et deux fois plus fort dans cette atmosphère si sombre, si glauque que celle des bas quartiers londoniens !

J’ai beaucoup aimé ce livre ! Bien que les faits soient réels et répugnants, j’ai apprécié découvrir cette période de l’Histoire qui m’en a appris beaucoup sur cette époque !

Si vous aimez les romans historiques, celui-ci est fait pour vous !

En tant que membre du jury du Prix des Lecteurs du Livre de Poche 2022 , c’est à ce roman que je donnerai mon vote concernant la sélection de Février.

ENTRE FAUVES, Colin Niel

Quatrième de couverture :

Martin est garde au parc national des Pyrénées. Il travaille notamment au suivi des ours. Mais depuis des mois, on n’a plus la moindre trace de Cannellito, le dernier plantigrade avec un peu de sang pyrénéen. Martin en est chaque jour plus convaincu : les chasseurs auront eu la peau de l’animal. Alors, lorsqu’il tombe sur un cliché montrant une jeune femme devant la dépouille d’un lion, arc de chasse en main, il est déterminé à la retrouver et la livrer en pâture à l’opinion publique. Même si d’elle, il ne connaît qu’un pseudonyme sur les réseaux sociaux : Leg Holas.

Mon avis :

Bonjour à tous,

Aujourd’hui, en tant que membre du Jury du Prix des lecteurs du Livre de Poche, je vous partage mon avis sur le premier livre de cette sélection du mois de Février.

Malheureusement, mon avis va être court et peu élogieux !

En effet, c’est avec beaucoup de regrets que j’ai mis cette lecture de côté !!

« Entre fauves » de Colin Niel n’aura pas réussi à conquérir mon cœur … bien au contraire !

C’est après plusieurs jours d’hésitation que j’ai décidé de mettre un terme à cette lecture laborieuse, qui ne m’apportait aucun plaisir !!!

Pire même, je repoussais chaque jour ce moment qui me plaît tant, pourtant, ce moment où je me plonge dans ma lecture et au cours de laquelle je m’abandonne totalement aux personnages et à leurs aventures !

Et quand je n’ai pas envie d’ouvrir un livre, que je fais trainer un peu trop longtemps sa lecture, c’est (très) mauvais signe !

Bref, peut-être que je le terminerai un jour mais pour ce qui est d’aujourd’hui, j’ai commencé le second roman de cette première sélection du Prix des lecteurs Livre de poche : « La loi des hommes » de Wendall Utroi, et comment vous dire que cette lecture n’a rien à voir avec la précédente …. A peine commencé et déjà la moitié du livre engloutie !!

Bref, dans « Entre fauves », il est question de chasse. Bien que je n’affectionne absolument pas cette activité, je pensais tout de même que l’histoire pourrait être intéressante puisqu’il y est question de défense des animaux et de protection de la nature, deux thèmes, qui eux, pour le coup, m’intéressent beaucoup plus. Malheureusement, l’histoire ne m’a pas emballée. Je me suis retrouvée complètement perdue parmi les personnages et la temporalité qui change à chaque chapitre. Et puis, le roman regorge de mots, bien spécifiques aux tribus africaines, ce qui m’a davantage précipité dans l’incompréhension totale !!!

J’ai décidé de le mettre de côté, non pas que j’abandonne totalement, même si je doute m’y replonger un jour, mais sait-on jamais …

Pour finir, il va de soi que mon vote n’ira pas pour ce roman !!!

PRIX DES LECTEURS : SELECTION FEVRIER 2022

Bonjour à tous,

C’est avec une immense joie que je vous partage ma réception d’hier !

Ca y est la première sélection pour le prix des lecteurs Livre de poche 2022 est arrivée ! Je vous les présente. Pour Février, ils sont au nombre de deux ! Ca m’arrange bien d’ailleurs car moins il y en a, moins le choix sera difficile !! Ben oui quoi … ce n’est pas toujours évident de déterminer quel livre on a le plus aimé !!

Bref voici les deux heureux élus du mois de Février :

  • « Entre fauves » de Colin Niel
  • « La loi des hommes » de Wendall Utroi

Alors pour être tout à fait honnête, ce ne sont vraiment pas des livres que je me serais offerte de prime abord en librairie ! Mais là, faire partie de ce jury, me pousse à découvrir de nouveaux auteurs et à sortir encore une fois de ma zone de confort livresque !! Et j’adore ça ! Voilà bien une nouvelle expérience qui s’annonce très enrichissante pour ma culture personnelle !!

Je vous laisse avec les quatrième de couverture !

N’hésitez pas à venir me dire s’ils vous font envie, si vous les avez lu et auquel cas, ce que vous en avez pensé !

A très bientôt