ELISABETH, PRINCESSE A VERSAILLES, Tome 1 : Le secret de l’ automate. Annie JAY

Quatrième de couverture :

Nous sommes en 1774, Elisabeth est la petite sœur du futur roi Louis XVI. Un peu sauvage et rebelle, elle se sent seule au château. Heureusement, elle va devenir inséparable d’Angélique, la fille de sa gouvernante. Ensemble elles devront résoudre une grande énigme : comment retrouver La Dame à la rose, un précieux tableau qui a disparu depuis plus de trente ans ? Pour les aider, elles pourront compter sur Théo, le jeune page …

Mon avis :

Elisabeth princesse à Versailles est une très belle collection d’une quinzaine de romans écrits par Annie Jay, illustrés par Ariane Delrieu, s’adressant à un jeune public mais pas seulement ….

En effet, je me suis moi-même surprise à feuilleter celui-ci puis finalement à le lire entièrement ! Et j’ai pris beaucoup de plaisir à suivre les aventures de cette jeune princesse espiègle et malicieuse !

C’est un roman instructif et divertissant, mêlant à la fois, une histoire, une intrigue, du suspens et des faits historiques, mettant en scène la vie à la Cour de Versailles sous le règne de Louis XV.

Dans ce récit, nous faisons la connaissance d’Elisabeth, qui n’est autre que la petite-fille de Louis XV et la sœur cadette du futur roi Louis XVI. Cette jeune fille un tant soit peu rebelle et au caractère bien trempé, s’ennuie au château et par manque d’attention, donne du fil à retordre à sa gouvernante. Cette dernière fera donc appel à une sous-gouvernante aux méthodes pédagogiques reconnues.

Elisabeth va alors se lier d’amitié avec la fille de cette nouvelle gouvernante, et ensemble, elles se mettront à enquêter sur un tableau disparu 30 ans plus tôt.

On retrouve dans ce roman, tous les ingrédients qui donnent envie de lire : une intrigue haletante, des descriptions réalistes et des personnages hauts en couleur, forts de caractère auxquels le lecteur peut s’identifier et s’attacher. Ce qui est d’ailleurs le cas pour nos deux jeunes héroïnes.

Une vraie réussite pour ce premier tome que j’ai trouvé très passionnant par son côté historique et très ludique de par les différentes anecdotes et illustrations qui subliment ce roman !

Outre le fait d’être un roman …. C’est également un ouvrage pédagogique qui propose à la fois différentes anecdotes sur les membres de la famille royale et leur vie à Versailles, mais aussi un vocabulaire riche et des mots parfois compliqués (pour de jeunes lecteurs), expliqués à l’aide de renvois en bas de page très instructifs.

Un vrai coup de cœur, aussi bien pour ma fille que pour moi, pour ce 1er tome : Le secret de l’automate.

Petit + : un très joli marque-page est offert dans chaque tome ! De quoi faire une très belle collection !

Nous poursuivrons donc nos lectures avec la suite des aventures d’Elisabeth sans aucun doute très prochainement avec le tome 2 : Le cadeau de la reine …. Puis tous les autres !!

Je prête ma plume (enfin mon clavier) à ma fille qui souhaitait apporter sa contribution à mon blog en faisant sa propre chronique de son livre !! Elle s’est basée sur la méthodologie qu’elle a apprise à l’école : « 5 min pour vous convaincre » de lire mon livre !

Chronique d’Eléana (9 ans) :

Le titre de mon livre : Elisabeth princesse à Versailles, tome 1 : Le secret de l’automate.

L’auteure : Annie Jay

L’illustratrice : Ariane Delrieu.

L’édition : Albin Michel Jeunesse

Le genre littéraire : un roman d’aventure et policier.

Le résumé : une jeune fille qui s’appelle Elisabeth va avoir une sous-gouvernante, dont la fille Angélique va devenir sa meilleure amie. Toutes les deux vont résoudre une grande énigme : comment retrouver La Dame à la rose, un précieux tableau qui a disparu depuis plus de trente ans.

De plus, l’héroïne principale, Elisabeth est la sœur de Louis XVI qui a vraiment existé.

Ce roman contient 138 pages, 33 images, 12 chapitres, et beaucoup de suspense.

Ce roman a été écrit pour les enfants de 8 à 12 ans.

Cette collection contient 15 tomes et le 16ème sort le 25 mars prochain.

Un marque pages est offert par livre.

Pour finir l’enquête il faut lire les tomes 1 et 2.

Je l’ai lu parce que la couverture et le suspense me plaisaient.

Je l’ai adoré et je vous le conseille vraiment.

Si vous avez des commentaires, n’hésitez pas.

                                   Eléana

Magazine LIRE N°481

Très belle découverte que j’ai faite en achetant ce magazine LIRE n°481 de Décembre 2019 / Janvier 2020 !

Un numéro exceptionnel contenant un dossier très riche sur les 100 livres de l’année 2019.

Mais aussi :

  • toute l’actualité littéraire
  • des entretiens avec des auteurs
  • des chroniques
  • des extraits de romans (pour nous donner envie de les lire !!)
  • une sélection de Beaux Livres
  • et bien d’autres choses encore …

Je suis ravie de cet achat, et me suis du coup empressée de m’abonner, d’autant plus que je bénéficiais d’un prix très intéressant !!

J’attends maintenant le prochain numéro avec impatience !

HORTENSE, Jacques Expert

Quatrième de couverture :

1993 : Sophie Delalande est folle d’amour pour sa fille, Hortense, presque trois ans, qu’elle élève seule. Son ex-compagnon est un homme violent, auquel elle refuse le droit de visite. Un jour, il fait irruption chez elle et lui enlève Hortense.


2015 : Sophie mène une vie morne, solitaire. Un dimanche pluvieux, elle se fait bousculer par une jeune femme dans la rue. Persuadée qu’il s’agit d’Hortense, elle la suit. Sans rien lui dévoiler, elle sympathise avec elle. La relation qui se noue alors est pleine de mystères. Sophie ne serait-elle pas la proie d’un délire psychotique qui lui fait prendre cette inconnue pour sa fille ? Et cette jeune femme est-elle aussi innocente qu’elle le paraît ?

Mon avis :

Ce livre est le premier roman que j’ai lu de Jacques Expert, et je peux vous dire que je ne vais pas m’arrêter là ! Tous ses autres romans ont fait une entrée fracassante dans ma liste de livres à LIRE !!

« Hortense », c’est l’histoire d’un drame familial, la disparition bouleversante d’un enfant qui fait basculer une vie heureuse, dans l’enfer !

C’est l’histoire d’un drame psychologique, celui d’une femme qui pleure sa fille disparue et qui sombre peu à peu dans la déchéance tant la douleur et la souffrance sont insurmontables.

C’est l’histoire extrêmement touchante de cette mère prête à tout pour retrouver son enfant.

« Hortense », c’est l’histoire de Sophie, une femme anéantie et dévastée par la disparition de sa fille 20 ans plus tôt, et qui, un beau jour, alors qu’elle croise une jeune femme au coin d’une rue, se persuade qu’il s’agit de sa chère et tendre Hortense, enlevée à l’âge de 3 ans par son père biologique. A compter de ce jour, Sophie va alors tout entreprendre pour rentrer en contact avec cette jeune femme, faire sa connaissance, et reprendre son rôle de mère qui lui a été si durement arraché. Elle va petit à petit s’insinuer dans la vie d’Emmanuelle (prénom que porte désormais Hortense), et curieusement, elles vont toutes deux finir par tisser une relation affective très profonde ! En sortiront-elles indemnes ???

La construction originale de ce récit, par l’alternance des points de vue de Sophie puis d’Hortense à chaque changement de chapitre, mais aussi les extraits de procès-verbaux recueillis par les policiers suite au rapt de la petite fille ainsi que les témoignages des personnes liées au drame, en font un roman captivant et extrêmement agréable à lire. Les chapitres courts et concis promettent une lecture rapide et sans temps morts. L’écriture est fluide, intelligente, réfléchie et troublante.

On est happé dès les premières pages par une histoire intrigante dans laquelle l’atmosphère se révèle peu à peu lourde, angoissante, oppressante voir malsaine par la relation plutôt étrange et incongrue qui s’instaure entre ces deux femmes. Qui sont-elles vraiment l’une pour l’autre ?

Le lecteur est dans le doute, l’incertitude du début à la fin du roman. Qui est véritablement Emmanuelle ? Sophie finira-t-elle par avouer la vérité à Hortense ? Finiront-elles par retrouver cette relation fusionnelle qui les liait par le passé ?

L’auteur dépeint avec une grande habileté la détresse psychologique de cette femme/mère prête à tout pour renouer avec sa fille. J’ai ressenti un certain malaise face à elle. Je n’arrivais pas à me positionner ! Mes sentiments fluctuaient ! Il m’est arrivé d’éprouver de l’empathie pour cette femme à qui on a arraché son seul et unique enfant et pour qui la vie n’a plus eu aucun sens du jour au lendemain. J’avais envie de la prendre dans mes bras et de la réconforter. Et puis par moment, son instabilité me mettait mal à l’aise ! Tout au long du roman je me suis sentie partagée entre l’espoir qu’Emmanuelle soit bien Hortense et la peur que Sophie ne soit en train de perdre la tête !

Et c’est là que l’on félicite la virtuosité de l’écrivain ! Il parvient à manipuler le lecteur au point qu’il ne sache plus quoi penser des personnages. Gentil / méchant / méchant / gentil ???

Jacques Expert signe ici un thriller captivant, surprenant, dérangeant même ! Le lecteur s’aperçoit au fur et à mesure que sa lecture progresse, que quelque-chose cloche dans cette histoire …. Et s’interroge : mais qui manipule qui ??? Qui tire les ficelles ?

Et puis arrivent les dernières pages…. L’étau se resserre …. Et BIM la claque en pleine figure la chute vous assomme parce que vous ne vous y attendiez pas le moins du monde !!

Vous restez cloué, scotché, bouche bée par cette fin totalement imprévisible, surprenante, glaçante, terrifiante !

Un thriller psychologique à couper le souffle !!

Un livre diaboliquement addictif !!

Un chef-d’œuvre, un COUP DE MAITRE !

Allez-y, foncez les yeux fermés (enfin pas trop quand même !!) !!

Vous ne serez pas déçus !

ATTENTION tout de même !! Si vous êtes comme moi et que vous aimez feuilleter un livre avant de l’acheter (ou l’emprunter à la bibliothèque) ou tout simplement avant d’ouvrir la première page pour débuter votre lecture, ne le faites pas avec celui-ci !! Contentez-vous de l’ouvrir à la première page car vous risquez d’être « spoilé » !! C’est justement ce qui m’est arrivé et j’ai regretté d’être malencontreusement tombée sur la dernière ligne de la dernière page avant de commencer ma lecture !!

Note : 4,5 / 5

Mes prochaines lectures de Février 2020

Bonjour à tous, en cette fin de mois de Janvier, je viens vous présenter les 3 livres que j’ai tirés de ma Pile à Lire afin de les lire au cours du mois de Février.

Tout d’abord, « Seul le silence » de R.J Ellory, que j’ai emprunté à la bibliothèque de mon village, puis « Au petit bonheur la chance »de Aurélie Valognes, histoire d’avoir lu tous ses romans avant la sortie du petit dernier en Mars prochain: « Né sous une bonnes étoile », et enfin « Nymphéas noirs » de Michel Bussi dont j’en ai longuement entendu (lu) que de bonnes critiques !!

Cependant, le mois de Février est le mois de mon anniversaire; et comme cette année je n’ai demandé que des livres à l’occasion de cet événement, et bien il se pourrait que ma liste de Février évolue au gré de mes futurs cadeaux !

Je vous souhaite à tous d’excellentes lectures !!

Et vous qu’avez-vous prévu de lire en ce mois de Février ?

J'AI DÛ RÊVER TROP FORT, Michel Bussi

Quatrième de couverture :

« Les plus belles histoires d’amour ne meurent jamais. Elles continuent de vivre dans nos souvenirs et les coïncidences cruelles que notre esprit invente.

Mais quand, pour Nathy, ces coïncidences deviennent trop nombreuses, doit-elle croire qu’il n’y a pas de hasard, seulement des rendez-vous?


Qui s’évertue à lui faire revivre cette parenthèse passionnelle qui a failli balayer sa vie ? Quand passé et présent se répètent au point de défier toute explication rationnelle, Nathy doit-elle admettre qu’on peut remonter le temps ?

En quatre escales, Montréal, San Diego, Barcelone et Jakarta, dans un jeu de miroirs entre 1999 et 2019, J’ai dû rêver trop fort déploie une partition virtuose, mêlant passion et suspense, au plus près des cœurs qui battent trop fort. »

Mon avis :

Lorsque j’ai aperçu ce livre sur le panneau d’affichage des nouveautés de la petite bibliothèque de mon village, je me suis empressée de l’emprunter. Je savais qu’il s’agissait du dernier roman de Michel Bussi, et appréciant ces œuvres, j’ai sauté sur l’occasion pour le lire même s’il m’en restait quelques-uns de ce même auteur, dans ma Pile A Lire à la maison !!

J’ai été plutôt emballée au début. Le décor est vite posé par l’alternance de 2 époques (1999 et 2019) à chaque changement de chapitre. L’intrigue se met en place petit à petit…. Et le lecteur est tout de suite plongé dans la vie de Nathalie, l’héroïne de ce roman, qui est confrontée à des évènements troublants. En effet, à quelque chose près, elle semble revivre en 2019, les mêmes évènements et situations qu’elle a déjà vécus en 1999. Pourquoi de telles coïncidences ? Sont-elles réelles ? Sortent-elles de l’imagination de Nathalie ? Ou encore, quelqu’un est-il caché derrière ces troublantes ressemblances avec le passé ?

Tant de questions que se pose Nathalie, surnommée Nathy, cinquantenaire épanouie, mariée à Olivier, un ébéniste, et mère de deux charmantes jeunes femmes. Nathy est hôtesse de l’air pour Air France. Depuis plus de 20 ans, elle parcourt le monde, son existence étant rythmée par ses nombreuses escales aux quatre coins du globe et sa vie paisible dans une jolie maison en bord de Seine avec son mari et une de ses filles encore adolescente. Pourtant, tout n’a pas toujours été aussi idyllique ! En 1999, lors d’un vol pour Montréal, elle fait la connaissance d’un jeune guitariste, Ylian, avec lequel elle va vivre une aventure passionnée l’instant d’une escale ….ou plus ! Puis elle décidera de l’oublier (pour toujours ou presque), pour ne se consacrer désormais qu’à sa famille.

Cependant, voilà qu’en 2019, des coïncidences plus que troublantes vont la replonger dans ce passé qu’elle avait tenté d’enfuir au plus profond d’elle-même, pour ne plus souffrir. Nathy va alors suivre les signes pour se confronter à la réalité et tenter de comprendre qui et pourquoi « on » veut lui faire revivre cette parenthèse de sa vie ?

Le suspense est bien présent, et ce dès le début. Le lecteur se pose lui aussi de nombreuses questions et a envie de connaître le fin mot de l’histoire.

Nous vivons en temps réel avec Nathy, à la fois en 2019, sa vie tranquille de mère de famille rangée, qui, à 53 ans est aimée et adorée par son mari et ses filles, et en même temps, en 1999, sa vie de jeune trentenaire, hôtesse de l’air, qui voyage souvent et fait de nouvelles rencontres au grès de ses multiples escales autour du monde !

Ce changement d’époque perpétuel permet au lecteur de tenir un certain rythme ….. de lecture. Seulement voilà, à un moment donné, je me suis ennuyée, j’ai cherché où l’auteur voulait en venir, où il voulait emmener son lecteur ? Certains passages m’ont semblé longs, trop longs. Je me demandais ce qu’il allait bien pouvoir nous raconter encore sur 250 pages !! Mais je me suis accrochée ! Je souhaitais tout de même connaître la fin, curieuse que je suis !!! ….. et j’ai eu raison de persévérer !!! Les 100 dernières pages ont été riches en suspense et en révélations ! Le final est original et surprenant. Je ne m’en suis pas doutée un seul instant !!

Malgré les longueurs, j’ai aimé cette lecture ! J’ai aimé voyager …. Montréal, San Diego, Barcelone, Jakarta. De beaux paysages, de belles descriptions, des personnages attachants !

Si vous aimez les livres emprunts de romance, d’amour, de bons sentiments et de suspens, allez-y, lisez celui-ci ! Les quelques longueurs n’enlèvent rien au charme de ce roman !

Celui-ci ne fera pas parti de mes coups de cœur mais il a tout de même était plaisant à lire !

Michel Bussi fait partie de mes auteurs favoris, bien que certains de ses romans ne m’aient pas transporté, je continue de le lire. Mon préféré de tous ceux qui m’ait été donné de lire pour le moment est « Le temps est assassin » dont je n’ai d’ailleurs pas vraiment aimé l’adaptation à la télévision car je n’ai pas retrouvé l’ambiance du livre ! J’ai lu aussi « Un avion sans elle », « Ne lâche pas ma main » et « N’oublier jamais », pour lesquels mon avis est plutôt mitigé mais je ne m’arrête pas à ça. Il me reste encore dans ma Pile A Lire : « Nymphéas noirs », « Maman a tort », « Gravé dans le sable » et « On la trouvait plutôt jolie ».

J’attends maintenant avec impatience la sortie du prochain « Au soleil redouté », le 6 Février 2020 !

Note : 3 / 5

TU COMPRENDRAS QUAND TU SERAS PLUS GRANDE, Virginie Grimaldi

Quatrième de couverture :

Quand Julia débarque comme psychologue à la maison de retraite Les Tamaris, à Biarritz, elle ne croit pas plus au bonheur qu’à la petite souris. Pire, une fois sur place, elle se souvient qu’elle ne déborde pas d’affection pour les personnes âgées. Et dire qu’elle a tout plaqué pour se sauver, dans tous les sens du terme.
Au fil des jours, Julia découvre que les pensionnaires ont bien des choses à lui apprendre. Difficile pourtant d’imaginer qu’on puisse reprendre goût à la vie entre des papys farceurs, des mamies fantaisistes et des collègues au cœur brisé… Et si elle n’avait pas atterri là par hasard ? Et si l’amour se cachait là où on ne l’attend pas ?
C’est l’histoire de chemins qui se croisent : les chemins de ceux qui ont une vie à raconter et de ceux qui ont une vie à construire.
C’est une histoire d’amour(s), une histoire de résilience, une ode au bonheur.

Mon avis :

Si je devais décrire ce roman en un seul mot, ce serait : une PEPITE !!

Effectivement, c’est le premier mot qui me vient à l’esprit quand je repense à ma lecture, que je viens tout juste de terminer et que j’ai fait durer car je n’avais pas envie de refermer définitivement ce livre et de dire au revoir à tous ces personnages hauts en couleur !

Pour la première fois de ma vie, j’ai ressenti des émotions comme jamais je n’avais éprouvé auparavant en lisant. Les expressions de l’auteure m’ont fait rire aux éclats (mon mari et mes enfants me prenaient pour une folle quand je me mettais à éclater de rire alors que je lisais tranquillement dans mon coin !!!) ; et la description des sentiments ressentis par les personnages est tellement réaliste, que je me suis même surprise à verser quelques larmes (ce qui ne m’était jamais arrivé) !!

Dans ce livre, nous faisons la connaissance de Julia, une jeune trentenaire, qui après une rupture amoureuse, le décès de son papa puis la « disparition » de sa Maminou adorée, la poussent à quitter Paris et à s’installer dans le Pays Basque (berceau de son enfance), où elle a trouvé un poste de psychologue dans une maison de retraite, Les Tamaris.

Au fil des pages, nous partageons son quotidien dans cet EHPAD, ses rencontres (plus ou moins mouvementées) avec les pensionnaires plus farfelus les uns que les autres, les relations plus qu’amicales qu’elle va créer avec les membres du personnel, et puis cette rencontre ……. qui va changer sa vie !!!

Julia, mal dans sa peau à son arrivée, se demande ce qu’elle est venue faire dans une maison de retraite avec tous ces « vieux », avec qui elle a du mal à communiquer. Elle va finalement apprendre à les connaître et se rendre compte qu’ils ont beaucoup à lui apporter. A travers leurs expériences de vie, elle va petit à petit s’enrichir et grandir (aussi bien personnellement que professionnellement) ; et ses à priori sur la vieillesse vont peu à peu s’estomper pour laisser place à de la tendresse et de l’empathie pour ces vieilles personnes.

« Tu comprendras quand tu seras plus grande » est un roman dynamique, touchant, poignant, pétillant, et drôle, qui se lit facilement, qui fait sourire, rire et pleurer !!!

Du pur bonheur !

Tous les ingrédients sont réunis pour passer un bon moment de lecture : humour, tendresse, amour, tristesse, pleurs, joie, bonheur !

Chaque personnage est travaillé en profondeur. On s’attache à certains et on en déteste d’autres, bien que …. le lecteur va, lui aussi, comme Julia, finir par connaître et aimer les papys ronchons et les taties Danielle !!

Virginie Grimaldi nous raconte une histoire qui traite d’un sujet d’actualité : la vie des personnes âgées en établissement médico-social, plutôt malmené par la presse ces derniers temps. Ici, l’histoire est contée avec légèreté. La maison de retraite ressemble plus à une colonie de vacances où se côtoient des pensionnaires autonomes, qu’à un établissement pour personnes âgées plus ou moins grabataires comme je le connais pour y travailler tous les jours, et dans lequel le personnel est débordé !!

Virginie Grimaldi aborde le sujet avec beaucoup d’humour. Les réflexions et les tournures de phrase sont détonantes et parfois même hilarantes.

C’est un livre que je ne suis pas près d’oublier !!!! C’est un véritable COUP DE COEUR !

N’attendez plus et lisez-le vite ! C’est un petit trésor, un vrai bijou !

Pour ma part, je fonce m’offrir tous les autres romans de cette merveilleuse auteure à la sublimissime plume et à l’humour communicatif !!

Note : 5 / 5

NOEL A LA PETITE BOULANGERIE, Jenny Colgan

Quatrième de couverture :

« Polly Waterford ne voit pas le temps passer… Sa petite boulangerie l’occupe du matin au soir, au désespoir d’Huckle, son compagnon, qui rêve de profiter d’une simple grasse matinée avec elle.

À l’approche des fêtes de fin d’année, Huckle rêve aussi d’un Noël en amoureux, bien au chaud dans leur grand phare, avec leur petit macareux Neil.

Mais quand Kerensa débarque à Mount Polbearne pour dévoiler à sa meilleure amie un terrible secret sur son passé, Polly voit soudain son avenir s’assombrir. D’autant que la révélation de Kerensa menace la belle histoire qu’elle a construite avec Huckle.

Jusqu’à présent, Polly a toujours réussi à surmonter les épreuves en cuisinant. Pourtant, cette fois-ci, préparer de bons petits pains risque de ne pas suffire à la sortir d’affaire.

Polly est-elle prête à affronter son passé ? Réussira-t-elle à remettre sa vie sur de bons rails pour passer un joyeux Noël auprès de ceux qu’elle aime ? »

Ce que j’ai pensé de ce roman :

Plus habituée aux thrillers et autres romans policiers à suspens, j’ai, un beau jour, décidé de partir explorer d’autres contrées !! Un roman bien particulier et dont je ferai une chronique d’ici peu, m’a littéralement fait changer d’avis concernant les romans « romancés » ! J’entends par là sans intrigue, sans meurtres, sans enquête, sans suspens !

C’est à ce moment-là que j’ai pris la grande décision d’élargir mes choix de lectures, incluant désormais dans ma Pile A Lire, des romans d’un tout autre registre : les feel-good !

J’ai ainsi mis dans ma PAL ce roman de Jenny Colgan, auteure que je ne connaissais pas.

La couverture plutôt mignonette et le synopsis m’ont plutôt inspiré, d’autant qu’on rentrait progressivement dans la période (si chère à mon cœur) de Noël et que les commentaires présents sur la quatrième de couverture, suggéraient aux lecteurs de lire ce roman durant cette période.

Aussitôt dit, aussitôt fait !! Quelques jours avant le 25 Décembre, j’ai donc ouvert la première page de ce livre.

Il s’agit ici de la suite des aventures de Polly (et de sa petite boulangerie aux mille petits pains dorés et autres gourmandises), qui s’est récemment installée, avec son compagnon Huckle et son macareux Neil, dans le phare d’une petite île isolée des Cornouailles, à Mount Polbearne. En cette période de Noël, Polly est débordée mais espère bien, malgré tout, passer un Noël romantique avec son amoureux ! Malheureusement, c’était sans compter sur sa meilleure amie Kerensa qui débarque un beau matin sur l’île, pour lui révéler un secret sur son passé, que Polly aurait préféré ignorer, d’autant plus qu’il risque de mettre en péril sa relation avec Huckle !

J’ai trouvé ce roman plutôt léger, la trame de fond un peu plate … mais c’est normal, je pense, moi qui suis bien plus habituée à lire des romans dont les intrigues sont plus farfelues les unes que les autres et tout aussi riches en rebondissements !!

J’ai néanmoins apprécié voyager et me retrouver sur cette petite île perdue des Cornouailles. L’ambiance y était frileuse (normal pour un mois de décembre me direz-vous !) mais sympathique et réconfortante. Petite déception tout de même pour l’atmosphère de Noël qui était selon moi peu présente alors que c’est justement cela que je recherchais en lisant ce roman pendant cette période si particulière. Je voulais être transportée dans l’ambiance de Noël avec le froid (pour le coup j’ai été servie !), la neige, le sapin de Noël au coin du feu de cheminée, les décorations, les illuminations …. Mais tout n’y était pas, malheureusement.

Côté personnages, je me suis laissée porter par le couple Polly et Huckle, auquel je me suis plutôt attachée parce que mon côté « fleur bleue » a refait surface à travers ces personnages dont la relation, essentiellement basée sur le partage, la tendresse, et l’Amour avec un grand A, a bercé affectueusement mon petit cœur d’artichaut tout au long du roman !!

A l’inverse, le couple Kerensa et Reuben, m’a lui, très peu séduite. Je les ai trouvés trop superficiels à mon goût, surtout Reuben ….et sa grande richesse qu’il aime exposer à tout vent !

Pour conclure, je dirais que cette comédie romantique est plutôt sympathique et se lit facilement, malgré quelques longueurs. Elle est pleine de bons sentiments et  permet de se détendre, et de se changer les idées. Un vrai feel-good en somme !! La plume de Jenny Colgan est fluide et facile à lire. Cependant, je n’ai pas été transportée par l’histoire ni par la toute petite intrigue qui tourne autour du secret que Kerensa révèle à Polly, et encore moins par la fin digne des feuilletons américains à l’eau de rose (que j’adore pourtant !!) !!

 Malgré tout, c’est un livre dont j’ai tout de même apprécié tourner les pages. J’avoue qu’il ne me laissera pas un souvenir impérissable, mais en lisant les divers commentaires, j’ai cru comprendre que ce 3ème tome n’était pas aussi abouti que les 2 premiers, donc il n’est pas impossible qu’un jour prochain, j’ouvre « La petite boulangerie du bout du monde » et / ou « Une saison à la petite boulangerie », ne serait-ce que par curiosité, pour savoir d’où et comment tout a commencé pour Polly.

Note : 3/5